Remi Chapeaublanc | Photographer

veuch

Barbara se fait refaire une beauté… par Veuch !

Après avoir pris du poids, voici que la dame se fait faire une manucure… mais pas par n’importe qui !

Musique « Six » de Ratatat, filmé avec un Sony A77.

Cette oeuvre unique est signée Veuch, et nous accompagnera tout au long du voyage. Merci mec, ça fait vraiment plaisir.

Première étape, Paris -> Bruxelles

Et me voici arrivé à Bruxelles, chez mon ami Veuch, une première étape sans encombres.

Depart Paris Bruxelles

Bien que ce voyage soit sans étapes prédéfinies, je trouvais rassurant pour la première journée d’avoir un point de chute en cas de soucis de dernière minute.

Première surprise au départ, hier midi : LE POIDS ! Dans la précipitation du départ, je n’avais jamais eu l’occasion de tester le chargement de la moto. J’étais d’ailleurs dans un dilemme à vouloir emmener tout le matériel photo dont j’aurais besoin et faire en sorte que la moto soit la plus légère possible pour les pistes mongoles. Au final, c’est le matériel qui a gagné, je suis largement surchargé ! J’envisage de refaire un tri dans ce que j’ai pris, car il va falloir que je m’allège au maximum.

Au vu du poids de mon camping-moto d’environ… 330 kg ? J’ai décidé de ne pas prendre l’autoroute de d’y aller vraiment doucement pour cette première étape. Moi qui pensais mettre 3h30 pour rejoindre Bruxelles et me reposer en fin d’après midi. J’ai finalement roulé pendant 6h, avalant d’une traite mes premiers 350km.

La moto est finalement très stable avec son chargement, même à haute vitesse. Il faut juste faire très attention aux manoeuvres à l’arrêt et aux (putain de) vents latéraux… ma plus grosse angoisse lorsque je double un camion.

Je voulais éviter au maximum de rouler de nuit, mais là il fallait bien que j’atteigne Bruxelles pour pouvoir m’arrêter. Du coup il a très vite fait un peu frisquet. J’ai même eu envie d’allumer mes poignées chauffante ! Mais une petite voix m’a dit : « Franchement, si Monsieur Chapeaublanc allume déjà ses poignées chauffantes, alors qu’on est encore en France, en plein mois de septembre, mais que va devenir le monde ? » Du coup je me suis refusé cette petite gâterie, rien que pour vous, pour protéger l’équilibre planétaire.

Résultat : un chargement de la moto dans l’urgence, un trajet qui me prend 2 fois plus de temps et besoin d’une bonne nuit de sommeil… j’ai décidé de rester une journée de plus chez Veuch à Bruxelles, d’où je vous écris ces quelques lignes.

Programme de la journée : aller faire quelques courses, écrire et re-optimiser mon chargement.

See you. o//

Il faut savoir décrocher

Savoir décrocher

C’est la deuxième oeuvre originale que j’achète et celle-ci est déjà chargée d’histoire. Je ne pourrais jamais me passer de ce rapport à l’objet, au fait qu’à tout moment il nous rappelle qu’il (on) est éphémère.

J’avais déjà un Veuch, j’ai maintenant un Wicker. J’aimerais bien que mon prochain soit un Brulat.

Autoportrait de deux Crapules

Autopotrait de Remi Chapeaublanc et Veuch

Manzi imprime (bientôt) sur du papier Hahnemuehle

Manzi imprime (bientôt) sur du papier Hahnemuehle

L’ami Veuch – digne créateur de  Manzi (the art-shop du net, orienté graphisme) – m’a recontacté pour tester son nouveau service d’impression, sur… attention… la Rolls des papiers d’art :

Il y a environ 2ans, Manzi lançait son service d’impression sur toile. Le service cartonne et propose (à des prix défiant toute concurrence) des toiles vraiment classes. J’avais évidemment testé l’impression, mais le support sur toile ne m’avait pas convaincu pour les photos, trop perturbé par la marge perdue sur le bord de la toile.

Là je dois avouer que je suis vraiment emballé. La colorimétrie est ultra fidèle, la texture des papiers est extraordinaire, le rendu un peu chaud du coton convient parfaitement aux Noir&Blanc.
Attention tout de même. Les papier sont assez « délicat » à manipuler et j’en ai déjà corné un (honte sur moi). Le Rag Pearl peut paraitre moins flatteur de loin (à cause des reflets) mais le rendu est d’une finesse incroyable, à admirer de près donc ! Le Museum Etching a un rendu très doux et nuancé, donc des noirs moins profonds que le Rag Pearl.

Personnellement, je suis tombé amoureux du Rag Pearl pour mes photos. Surtout que cette crapule de Veuch qui m’avait demandé d’envoyer un Noir&Blanc et une Couleur, m’a fait la surprise d’imprimer chacune des deux photos… sur chacun des deux papiers.  o/

Le service sera ouvert avec le lancement de la nouvelle version de Manzi. Je ne connais donc pas encore les tarifs, mais vous pouvez le mailer de ma part pour avoir des renseignements.

Le dernier Tsaatan