Remi Chapeaublanc | Photographer

objectif

Sony vs Voigtlander, ou Le dur choix des objectifs

/ ! ATTENTION, cet article peut être intéressant pour des photographes, mais vraiment chiant pour les autres / !

Partir en reportage pour un photographe, enfin du moins pour moi, c’est un véritable casse tête au niveau du choix des objectifs. Autant je peux être très pragmatique sur le nécessaire de survie et autres vêtements, mais pour le matériel photo je n’arrive pas vraiment à faire de concessions.

Pour ma nouvelle série photo, il me fallait un petit appareil photo, un capteur de bonne qualité et avec un grand angle bien défini. Mon choix c’est évidemment porté sur le NEX de Sony, restait à définir quel objectif lui coller au cul.

Dans la précipitation du départ, impossible de tester tous les choix possibles, j’ai pris avec moi :

  • le Voigtlander 15 mm f/4.5 Super Wide Heliar
  • le Sony E 16 mm f/2.8 Pancake

Maintenant que je suis (coincé) en Pologne, je prends le temps de faire mon choix. L’un des deux DOIT rester dans l’aventure, l’autre repartira par Colissimo.

Le jury (composé uniquement de moi-même) a rendu son verdict, voici les résultats :
Sony vs Voigtlander

Et voici les détails 100% des centres, puis des coins :

Sony vs Voigtlander - détails 100%

Ces deux photos ont été prises avec les mêmes paramètres, soit ISO 200, f/5.6 à 1/400s en RAW via Lightroom.

Bilan Sony :

  • Un très léger vignettage
  • Un piqué plutôt bon au centre, mais très moyen dans les coins
  • Des aberrations chromatiques assez présentes
  • Pas de dérive coloré
  • Un Autofocus et une ouverture maximale de f/2.8
  • Un format tout petit (pancake)

Bilan Voigtlander :

  • Un vignettage assez prononcé
  • Un piqué excellent, même dans les coins
  • Des petites aberrations chromatiques
  • Une pù#%$n de dérive violette, particulièrement présente dans les coins
  • Une mise au point manuelle et une ouverture maximale de f/4.5
  • Un format « raisonnable » mais une construction très solide

Que faire ? Lequel choisir ? Qui restera dans l’aventure ? Suspense… Je pense avoir fait mon choix.

Partenaires : Sony décide de tester son A77 en Mongolie

Mes collaborations avec Sony ne sont maintenant plus un secret pour personne. Et pour la troisième reprise, il m’a été confié un modèle de pré-série afin d’aller le tester en conditions réelles.

Le Sony A77 sortira dans peu de temps sur le marché. C’est un appareil photo destiné aux experts et semi-pros, particulièrement taillé pour le reportage photo & vidéo.

Sony France m’a donc équipé avec tout le matériel dont j’avais besoin :

  • un boitier A77 de pré-série
  • un objectif 70-200mm f/2.8 G
  • un ordinateur portable VAIO Z pour pouvoir faire du montage vidéo en live
  • ainsi qu’un petit stock de batteries…

De mon côté, j’ai complété ma garde robe avec :

  • mon NEX-5 équipé d’un Voigtlander 15mm f/4.5
  • mes objectifs Zeiss 16-35mm f/2.8 et 50mm f/1.4
  • ainsi qu’un boitier argentique et 40 pellicules… n’oublions pas les petits plaisirs de la vie !

Sony A77

Merci à toute l’équipe de Sony France, et plus particulièrement à Edouard le responsable de la gamme Alpha.

Je (re)décolle dans une semaine pour le Népal

En effet, j’avais oublié d’en avertir certains (dont ma mère, merde.) mais c’est pour le Népal que je redécolle !

C’est lui – The Yack Man – et tous les autres, que je vais tenter de retrouver. Ce voyage bis risque de ressembler davantage à une chasse à l’homme, dont l’objectif est de retracer une errance de 3 mois en en quelques 3 semaines.

Objectif-1

Objectif-1

Si lui, je le retrouve, je serais tout simplement le plus heureux. Il est mon objectif ultime en sorte.

Je décolle dimanche, mais je ne décolle pas seul. Sa présentation arrive très bientôt.

Venir, partir, revenir, repartir

Marcher sur un tronc

Je suis revenu du Népal, il y a déjà 2 mois, mais rien à faire cette envie de repartir ne me quitte pas.

Beaucoup me demandent si le retour a été dur ou douloureux. En réalité non, pas du tout, j’adore ma vie parisienne. Ce n’est pas le Népal en soit qui me manque, ni ma vie là-bas, mais le voyage, la découverte.

D’ailleurs, depuis que je suis rentré, je cours partout, des projets et des idées pleins les bras. J’aime cette vie.

Mais je n’aime pas me reposer sur l’acquis, j’ai besoin d’un perpétuel renouveau. Ce qui fait qu’en ce moment j’explore de nouveaux horizons, j’envisage mon travail photographique différemment, je change mes objectifs.

Et puis il faut que je vous le dise… je prépare un nouveau voyage, un livre, une expo, des articles, une série… J’aime cette vie.

Je vais ENFIN pouvoir travailler

Mon précieux, mon précieux… après plus de 2 mois de galère, j’ai enfin cet objectif entre les mains !

J’ai pesté contre un vendeur eBay, contre les boutiques parisiennes, contre FedEx et enfin contre la douane népalaise… une longue histoire, pleine de rebondissements, que je vais vous conter.

Voici la version courte :  J’ai commandé cet objectif il y a 2 mois, aux US, via eBay. L’objectif n’est jamais arrivé, le vendeur soutient mordicus qu’il l’a envoyé (bizarrement, le numéro de suivi ne fonctionne pas).

Attendant jusqu’au dernier moment ce colis, je ne suis allé que le dernier jour avant mon départ, dans les boutiques d’occasions parisiennes, pour m’apercevoir qu’elles étaient TOUTES fermé le lundi.

Tant pis, je n’ai plus le choix, je part sans, mon ami Kapoué me proposant de l’acheter au Japon pour me l’envoyer directement à Kathmandou.

Communication par mail, réponses tardives suite à mes excursions sans accès au net. On arrive finalement à se mettre d’accord sur le model, le transporteur (la poste népalais m’ayant été très fortement déconseillé), le payement et tout.

Une fois le colis parti, FedEx annonce 6 jours de transport, je prends mon mal en patience.

EPIC FAIL by FedEx, 6 jours plus tard donc :

Moi, tel un chien affamé, dès que je vois le livreur de FedEx arriver :

– C’est pour moi, c’est pour moi, là, ici !

– Bonjour, pouvez-vous signer ici, ici, et ici.

(je signe, avec la petite goutte de bave au coin de la bouche)

– Et… il est où mon colis ?

– Votre colis ? A l’aéroport je pense, il faut que vous alliez le chercher.

– Mais ? Je viens de signer un accusé de réception !?!

– Oui, vous en aurez besoin pour les douane à l’aéroport.

(ne pas le taper, rester calme, ne pas le taper…)

La  femme du gérant de mon hôtel (qui est népalaise) vient pour m’aider. Elle discute avec le livreur et me confirme que mon colis est toujours à l’aéroport. Mais le service n’est ouvert que jusqu’a 14h, il est 16h. Ah oui, et puis demain c’est férié… T_T

Résultat, ce matin je fonce à l’aéroport en taxi ! Après avoir navigué entre 4 bureaux administratifs, on me dit qu’il n’est finalement pas ici, mais dans la zone “cargo”… 3km plus loin. Qu’à cela ne tienne je ne suis plus à ça prêt.

J’arrive à la zone cargo et là j’apprends que le service n’ouvre pas avant 11h… il est 9h30. Je discute avec quelques mecs qui traînent par là, ils regardent mes papiers et essayent d’estimer les frais de douane que je vais devoir payer. “HEIN ?!?” Ils estiment le tout à quelques 200€ (tous frais administratifs confondus). J’explique que ce n’est pas un achat commercial, mais un cadeau d’un ami, juste un colis personnel. Ils me rigolent au nez Tu crois vraiment que ça change quelque chose ici ?

Il me reste une heure à attendre, j’ai à peine 70€ en poche, il n’y a pas de distributeur à 5km à la ronde, j’ai envie de pleurer.

Finalement, en arrachant les feuilles où figure la valeur de l’objectif, en mettant les factures dans mes poches, j’ai réussi à négocier et m’en suis sorti pour environ 55€ de frais divers…  et en ayant fait poireauté mon taxi plus de 3h.

Hasselblad 501cm avec un 120mm f4 Plannar-Makro

Hasselblad 501cm avec un 120mm f4 Plannar-Makro

Il est là, je suis zen. Demain je prends ma carte du Népal, je fais mon sac, et le voyage va pouvoir enfin commencer.

Je cherche un objectif Hasselblad Makro-Planar 120mm f4

Et oui, je décolle mardi matin, et il me manque un objectif indispensable pour mon reportage, le Hasselblad 120mm f4 Marko-Planar.

Ça fait bientôt 1 mois que je l’ai commandé sur eBay aux États-Unis, l’enchère est aujourd’hui en litige pour non-réception du colis. Le problème c’est que je n’ai aucune chance de trouver ce cailloux à Katmandou.

Si jamais vous entendez parler, d’une occasion qui se trouverait en région parisienne, quelle que soit sa version (C, CF, CFe ou CFi), je suis TRÈS intéressé.

Merci d’avance pour votre aide. (Dans le désespoir, j’irais lundi aprèm à la boutique du Moyen Format, pour voir s’ils auraient pas un objectif de remplacement)

Le dernier Tsaatan