Remi Chapeaublanc | Photographer

Surréalisme

Le surréalisme est un important mouvement de pensée de l’entre-deux-guerres issu du dadaisme. Le point de départ est, en France, la publication par André Breton, en 1924, du Manifeste du surréalisme, qui donne sa cohérence à l’entreprise. Le mouvement souhaite que soit accordé à ses productions, d’abord littéraire puis plastiques, le statut d’expérimentation scientifique : tentative pour explorer en profondeur à la fois le monde (notamment sa réalité cachée) et la pensée (notamment l’inconscient), et pour donner de l’un et de l’autre une connaissance totale.

C’est en hommage à Guillaume Apollinaire, mort en 1918, qui forgea ce néologisme pour qualifier le ballet Parade (Musique de Erik Satie, chorégraphie de Serge de Diaghilev, livret de Jean Cocteau, décor de Pablo Picasso) qu’André Breton et Philippe Soupault décidèrent d’appeler surréalisme ce « nouveau mode d’expression pure ». Ils furent rejoints en mars 1919 par Aragon, avec lequel ils fondent la revue Littérature, puis deux mois plus tard par Paul Éluard.

Le surréalisme trouve son origine dans de multiples démarches artistiques de la seconde moitié du XIXe siècle et du début du XXe siècle, il rejoignait ainsi le « supernaturalisme » de Gérard de Nerval et des romantiques allemands, et d’une certaine façon, également, le « surnaturalisme » d’Emmanuel Swedenborg et de Charles Baudelaire ; ses « applications plastiques » s’inspirent du cubisme. Cette aventure (« une attitude inexorable de sédition et de défi ») passe par l’appropriation de la pensée du poète Arthur Rimbaud (« changer la vie »), de celle du philosophe Karl Marx (« transformer le monde ») et des recherches de Sigmund Freud. Breton fut particulièrement influencé par son essai Le rêve et son interprétation, paru en 1900, est en retirant la conviction du lien profond unissant le monde réel et le monde sensible des rêves. L’analogie entre le rêveur et le poète, déjà présente chez Baudelaire, est dépassée : Breton considère le surréalisme comme une recherche de l’union de ces deux concepts si souvent opposés que sont le réel et l’imaginaire, comme le montre cette phrase tirée du Premier Manifeste du Surréalisme (1924) « Je crois à la résolution future de ces deux états, en apparence si contradictoires, que sont le rêve et la réalité, en une sorte de réalité absolue, la surréalité. »

Surréalisme

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *