Remi Chapeaublanc | Photographer

Noël

Pour souhaiter un « joyeux Noël », on dit en Corse "Bon Natale", en basque « zorionak », en breton « Nedeleg laouen », en corse « bon natale », en espéranto « Gojan Kristnaskon », en normand « Bouon Noué », en poitevin « Boune Nàu », en provençal on dit « Bon Nouvé » ou « Nadau » ou encore « Calèndo » (en hommage aux Calendes de janvier romaines, qui désignaient le Jour de l’An), en niçois « Bouòni Calèna », en monégasque « Festusu Natale », et en alsacien « fréliche winorde » (fröhliche Weihnachten étant la forme allemande).

Le solstice d’hiver était célébré bien avant que ne naisse le christianisme : les Romains fêtaient les Saturnales : pendant ce temps de bascule vers l’an neuf, les gens s’offraient des cadeaux, les esclaves devenaient les maîtres et inversement.

Ils fêtaient également la naissance du soleil invaincu au solstice d’hiver (vers le 21 décembre en Europe) qui commençait la nouvelle année, annoncée par le rallongement des jours. Venu de Perse, ce culte de Mithra s’est répandu au IVe et IIIe siècles av. J.-C. et se concluait par le sacrifice d’un taureau, le Sol Invictus (Soleil Invaincu) correspondant à la naissance du jeune dieu solaire, qui était censé surgir d’un rocher ou d’une grotte sous la forme d’un enfant nouveau-né.

La fête des Sigillaires, « ancêtre » de la Saint-Sylvestre, concluait les festivités à la fin du mois de décembre.

Lorsque Jules César réforme le calendrier, le solstice d’hiver tombe un 25 décembre. Mais le calendrier du mathématicien Sosigène d’Alexandrie (calendrier julien, avec des années de 365 jours et une année bissextile tous les quatre ans) était imprécis car il donnait onze minutes en trop tous les ans. Le temps passant, le décalage devient de plus en plus visible. En 325, on constate lors du Ier concile de Nicée qui fixe la date de Pâques, que l’équinoxe qui se déroule le 21 mars aurait dû tomber le 25 mars, faute au décalage non pris en compte dans le calendrier julien.

En Norvège, au Xe siècle, le roi Håkon den Gode aurait décidé que la fête du Midtvintersblot (fête du milieu de l’hiver, où le lutin Julenisse distribuait des cadeaux) serait fêté en même temps que le Noël chrétien.

En 1582, où Pâques tombe un 11 mars, le pape Grégoire XIII décide de corriger le calendrier julien et le remplace par le grégorien, plus précis : il supprime les années bissextiles en trop, remet Pâques à l’équinoxe de printemps, retire les jours entre le 4 et le 15 octobre 1582 mais ne veut pas corriger Noël, qui tombe alors un 25 décembre, conformément au Concile, mais contrairement à la fête païenne romaine.

Noël

1 commentaire

comme toujours, une magnifique photo pour nous apprendre plein de chose….

En tout cas j’ai hâte d’être à Noël , de revoir tous ceux que j’aime, de leur offrir des cadeaux et d’en recevoir aussi

j’en profite par la même occasion pour vous souhaiter de joyeuses et agréables fêtes de fin d’année…

Écrit par P'tite Nélodie, il y a 9 ans Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *