Remi Chapeaublanc | Photographer

L’habit ne fait pas le moine

C’est ce que lançait Shakespeare dans son Henri VIII, alors que Sedaine affirma plus tard : "Ici l’habit fait valoir l’homme, Là l’homme fait valoir l’habit."

L’habit, c’est le vêtement qui couvre le corps, hormis les "accessoires" comme linge, bonnet ou chaussures. Plus que nous encore, nos ancêtres distinguaient leur semblable à ses vêtements, qui représentaient sa qualité, son statut : l’armure du chevalier, la blouse de l’artisan, la robe du moine. Et il ne faisait pas bon jouer avec cette apparence : le rusé était un trompeur que la société rejetait.

Dès le XIIIe siècle, les Sermons sur le Carême donnaient son sens à l’expression, qu’ils reprenaient au Décrétales de Grégoire IX. Il est bien vrai qu’un habit à la française (sous Louis XIV) ou qu’un habit à brevet (sous Louis XV, très chamarré) n’ont rien à voir avec le fameux habit vert l’Académie.

Les Fabliaux et Le Roman de la Rose donnèrent, avant Charles d’Orléans et Rabelais, un grand élan à la formule qui se veut prudente et fait la distinction entre l’être et le paraître, que ce soit au plan visuel ou au plan psychologique.

Nous en sommes d’accord : il ne faut pas juger les gens d’après leur apparence, ni leur dehors, souvent trompeurs !

L'habit ne fait pas le moine

1 commentaire

Parle a mes fesses … ma tete est malade

Écrit par petit detail, il y a 9 ans Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *