Remi Chapeaublanc | Photographer

Américanophobie

L’anti-américanisme, ou américanophobie, décrit une position dédaigneuse, méfiante ou hostile vis-à-vis de la politique des États-Unis d’Amérique, de l’organisation de leur société, de leur histoire ou de leur culture. Le terme et le concept sont cependant rejetés par la plupart des détracteurs des États-Unis, qui considèrent le terme comme un repoussoir destiné à rejeter toute critique.

L’« Américain » peut alors devenir la somme de toutes les critiques exprimées au pays, une accumulation de clichés : un Texan obèse (car il ne mange que chez McDonald’s), ignorant tout du monde extérieur et roulant dans un 4×4 polluant. Favorable à la peine de mort, il a pour seules passions les armes à feu et le drapeau étoilé. Il fait des patrouilles dans une milice pour empêcher les Hispaniques d’envahir sa patrie. Il est conservateur, puritain, contre l’avortement et le mariage homosexuel.

On accuse entre autres Les Guignols de l’info de ce type de débordement (par exemple, dans leur représentation des adolescents américains, bouffis de hamburgers, de Coca-Cola et de jeux vidéo).

Cette xénophobie est parfois liée à l’antisémitisme, la théorie du complot décrivant les États-Unis comme étant gouvernés par les Juifs a connu un nouvel essor avec le soutien accordé à Israël. Pierre-André Taguieff écrit ainsi que « la judéophobie va désormais de pair avec une xénophobie anti-américaine ».

Roger Garaudy, auteur d’un pamphlet Qu’est-ce que l’anti-américanisme ? donne cette définition de l’anti-américanisme: « L’anti-américanisme n’est ni une forme de nationalisme ni de racisme ni d’aucune forme du refus de l’autre, d’un autre homme ou d’un autre peuple. Il est la lutte contre un système, contre une conception de l’homme et d’un mode de vie. Historiquement il est né dans un continent qui tente de l’imposer au monde par la puissance des oligarques politiques, financiers et militaires aujourd’hui à la tête des États-Unis. Ils ne peuvent d’ailleurs le faire qu’avec la complicité et la servilité des dirigeants d’un grand nombre de pays.

Pour être plus clair encore -pour ceux surtout qui voudraient confondre « anti-américanisme  » et xénophobie- pour enlever au mot « américain « , qui désigne un mode de vie et une conception du monde, toute attache géographique ou ethnique avec ceux qui sont nées ou ont émigré en Amérique depuis 1620, avec le  » Mayflover « , et qui y ont créé ce système à la fois colonial et racial (selon ses origines), dominateur et mercantile (selon son histoire), j’appelle « américain  » tous ceux, dans le monde, qui veulent imposer au peuple ce « modèle « . Sa caractéristique principale est que la société toute entière est soumise aux exigences de l’économie et du marché et non l’économie et le marché au service de la société. »

Chomsky ne dit pas autre chose quand il donne à un de ses livres le titre Le profit avant l’homme.

Américanophobie

1 commentaire

Moi je connais quelqu’un qui a peur des araignées, et c’est sa ptite puce qui vient le sauver de cet horrible animal ….

Écrit par P'tite Nélodie, il y a 10 ans Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *