Remi Chapeaublanc | Photographer

Bienvenue chez les ouvriers Kazakhs

Les ouvriers Kazakhs qui bossent sur les forages pétroliers, ce sont eux qui m’ont récupéré les bras ballants avec ma caisse toute défoncée.

Ils m’ont récupéré sur le bord de la route… ahemm, de la piste. Ils m’ont hébergé pendant 2 nuits, ils m’ont nourri, ils m’ont permis d’être tout propre, ils m’ont réparé mes caisses, ils m’ont prêté leur connexion satellite et ils m’ont remis sur la bonne route… sans qu’ils ne sachent un mot d’anglais, ni moi un mot de russe !

Ouvriers Kazakhs

Tout ça dans une ambiance du tonnerre. Je ne saurais comment leur dire encore plus merci. Je leur ai laissé tout ce que je pouvais laisser, y compris ma montre qui plaisait à l’un d’entre eux.

2 commentaires

T’as le chic pour faire des rencontres folles toi. Comment vont tes 2 slips au fait?

Écrit par Chloé, il y a 5 ans Répondre

Il leur a laissé tout ce qu’il pouvait leur laisser, donc ça inclut un des deux slips j’imagine…

Écrit par emilie, il y a 5 ans Répondre

[…] vraie gamelle depuis le départ de ce voyage ; si on met de côté ma glissade dans la boue lorsque les ouvriers Kazakhs m’ont conduit à leur campement. 800 mètres plus loin, BIIIMM, c’était donc ma […]

Écrit par Une journée en enfer ou Glace versus Barbara : 9 à 4 | Portraits Kazakhs, il y a 5 ans Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *