Remi Chapeaublanc | Photographer

A la recherche des dauphins d’eau douce

Après la recherche infructueuse du tigre, me voici parti pour tenter d’apercevoir des dauphins. Espèce tout aussi protégé, dont l’avenir n’est pas plus certain.

Direction la frontière avec l’Inde, sur un spot que Dillip connait bien, 90% de chance d’en voir me dit-il.

A la recherche des dauphins d'eau douce-2

A la recherche des dauphins d'eau douce-2

Nous arrivons tôt le matin, au niveau d’un pont flottant, à quelques dizaines de mètres de l’Inde. L’un des gardes du pont nous dit les avoir vu 2 fois ce matin. Chouette !

Bon… malgré 2 bonnes heures d’attentes, rien à l’horizon. Les dauphins, comme beaucoup d’autres animaux, ne se montrent qu’en début et fin de journée. Pas de problème on reviendra ce soir.

Et si on profitait de la journée pour aller voir l’unique réserve au monde (à vérifier) de blackbuck ?

A la recherche des dauphins d'eau douce

A la recherche des dauphins d'eau douce

Les blackbuck vivaient auparavant dans la jungle de Bardia, mais les tigres et les braconniers en sont vite venus à bout. L’unique mâle et les 3 femelles restantes auraient été installés là il y a 20 ans.

Tu m’étonnes qu’ils s’y plaisent ici, ils vivent au milieu de champs de cannabis ! (Les drogues, quelles qu’elles soient, sont interdites au Népal, y compris le cannabis. Mais il y est pourtant régulièrement cultivé, pour être principalement vendu en Inde)

Nous sommes revenus en fin de journée pour voir les dauphins, pas la peine de faire durer le suspens plus longtemps, nous n’avons rien vu… Décidément, j’aurais fait mentir le guide du routard.

C’est étonnant comme rester de longues heures à regarder ou attendre des animaux, ne me dérange absolument pas, alors que je suis loin d’être réputé pour ma patience.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *