Remi Chapeaublanc | Photographer

La vraie vie des Tsaatans, ou faut-il aller les voir ?

Placer sur la carte

Tsaatans-9

Il y a quelques temps, une série photo a beaucoup tourné sur facebook avec un très beau méli-mélo de photos provenant de Mongolie, dont notamment beaucoup qui venaient de tribus Tsaatan. On m’a évidemment tagué plusieurs fois en me disant « Hey Rémi, regarde, ça m’a fait penser à toi ! » . En ce qui me concerne, cette série photo m’a ému et un peu énervé à la fois.

Ému, parce que les photos sont belles, voir très belles. Un peu énervé, car c’est très loin de ce que je connais des Tsaatans, ou encore des tribus Kazakhs avec qui j’ai pu vivre. Cette série photo, pleine de mise en scène et de sensationnel, est très loin de la vie très simple et paisible que j’ai pu observer durant mes quatre périples en Mongolie.

Les Tsaatans (dont la population a été recensée en 2010 à 282 individus, répartis en une vingtaine de familles et dont la moitié vit toujours de manière nomade dans la taïga) est une ethnie menacée de disparition. Leur mode de vie nomade en tipi, est adapté à la survie de leurs animaux : les rennes. Ils se déplacent au fur et à mesure des saisons pour toujours avoir suffisamment de neige, nécessaire à la survie de leurs troupeaux. Ce peuple est réputé pour être très fermé aux étrangers, et même aux mongols avec qui ils n’aiment pas trop se mélanger. Depuis que certaines émissions de télé-réalité ont été tournées chez eux, leur cote auprès des touriste a flambé. Et eux qui vivent très loin des autres civilisations ce sont parfois retrouvés « submergés » par des touristes venant les voir comme dans un zoo.

De cela est né une question qui fait encore débat : Faut-il aller voir les Tsaatans ?

C’est la troisième fois que je vais rendre visite au même groupe (une première fois pour ma série photo Gods & Beasts, une deuxième fois pour leur rapporter les photos, et cette fois-ci juste parce que j’étais dans la région) donc vous pourrez me rétorquer que je suis loin d’être neutre sur cette question. Mais j’ai surtout eu l’occasion de vivre un peu avec eux et chose plus rare : de discuter avec eux de cette question.

Je pense, et ils pensent, que le tourisme est une bonne chose pour eux, tant que ça reste très modéré. Ils ont besoin de conserver leur mode de vie actuel, leurs traditions et leur nomadisme, rien que pour leurs rennes. Le tourisme intense est évidemment une invitation à se sédentariser, pour être plus accessible, ce qu’ils ne veulent pas. Pour eux, la « saison touristique » est entre juin et juillet, lorsqu’ils sont à peu près accessibles (soit à une journée de cheval de la ville la plus proche, elle-même à 5 jours de 4×4 depuis Oulan Bator). C’est une période qui leur permet de vendre des objets en bois et peaux de rennes, et de gagner ainsi un petit complément d’argent. Le reste de l’année, il n’y a quasiment aucun touriste qui vient les voir, soit parce qu’ils sont totalement inaccessibles (très loin dans la taïga) ou que les conditions hivernales en freinent plus d’un (jusqu’à -50°C parfois).
Alors à la question « Faut-il aller voir les Tsaatans » j’aurais envie de répondre « Oui, avec modération et surtout tant que c’est fait dans le plus grand respect de leur intimité et de leurs traditions » .

Attention, ceci n’est pas une invitation à aller les voir, mais plutôt une incitation à bien réfléchir avant de le faire. Surtout qu’il y a quelques règles de base à connaître, comme toujours amener sa propre nourriture pour la durée du séjour afin de ne pas puiser dans leurs maigres réserves ! Le mieux étant de venir avec des vivres supplémentaires, dont des produits de première nécessité. Il faut aussi savoir qu’aller dans la taïga n’a rien de facile et qu’une bonne préparation – à la fois physique et mentale – est nécessaire. Il est généralement impossible d’y accéder en véhicule (prévoir un à plusieurs jours de cheval), il n’y a aucun hôpital à moins de 2-3 jours de route et la météo y est très capricieuse !

Si jamais vous comptiez tenter cette aventure, je serais ravi de répondre à vos questions et même vous donner de très bon contacts sur place, pour organiser votre périple dans les conditions les plus respectueuses.

Loin de moi l’envie de faire de cet article une leçon de morale, j’aimerais surtout vous faire partager mon admiration pour ce peuple, et dans ces quelques photos un peu de la vie de Buynaa, adorable grand-mère tsaatan de 56 ans.

Tsaatans-4

Tsaatans-7

Tsaatans-3

Tsaatans-8

Tsaatans-6

Tsaatans-1

Tsaatans-5

Tsaatans-2

9 commentaires

J’ai toujours trouvé que tes voyages étaient plein de sincérité et tu le prouves une fois de plus aujourd’hui. Le souci c’est que tous n’auront pas ton éthique pour faire du « tourisme équitable »… la Mongolie est à la mode, ça aura forcément des conséquences, jusqu’à ce que la mode se tourne vers un autre coin perdu du globe.

Écrit par bintz, il y a 3 ans Répondre

« Cette série photo, pleine de mise en scène et de sensationnel, est très loin de la vie très simple et paisible que j’ai pu observer durant mes quatre périples en Mongolie ».

J’avais un ami qui vivait au Ladakh et qui m’avait fait part de la même observation, lorsqu’une équipe de tournage était venu pour faire un sujet sur la vie dans cette région du monde. Il avait pu voir « l’envers du décor », où avec de l’argent la vie traditionnelle était mise en scène… Le reportage était beau à voir, mais avec quelques biais par rapport à la réalité.

Et pour la question du tourisme, c’est vrai que c’est une question épineuse : aller à la rencontre de ces ethnies (pas que les Tsaatans) ou non, comment, quand, dans quelles conditions ? D’un point de vue occidental, on peut entendre des choses du genre « c’est bien, ça développe leur économie – par exemple », mais une des questions à se poser : et eux, qu’en pensent-ils, que souhaitent-ils ?

Bref, pas facile tout ça !

Écrit par Franck | IN DA WAVE, il y a 3 ans Répondre

Enfin ! Merci pour ces commentaires. Moi aussi j’ai reçu plein de messages « Regarde comme c’est beau ! » je n’en peux plus de cette série de photos ! Je connais très bien le photographe qui les a prises et même s’il connait bien la Mongolie, sa façon de travailler est loin de respecter la réalité. C’est la même chose dans ses films, tout est organisé, mis en place, etc. Il n’y a aucune prise sur le vif, on les croirait figés dans un tableau romantique, peuple sauvage et pur…

Écrit par Laetitia, il y a 3 ans Répondre

Olalala que de belles photos, tu nous en met vraiment pleins les yeux, ce genre d’article ça me donne tout simplement envie de prendre mon baluchon et de partir découvrir le monde à la recherche d’endroit comme celui-ci : authentique et magnifique. Un grand bravo pour le boulot réalisé ;)

Écrit par Place des tireurs, il y a 3 ans Répondre

Je voudrais recontrer les tsaatans stp

Écrit par Djess, il y a 7 mois Répondre

belle photo

Écrit par maxina, il y a 7 mois Répondre

Bonjour, je pars en Mongolie dans 10 jours et ça me tient à coeur de rencontrer ce peuple si proche de la nature et de leurs rennes. Cependant je ne veux vraiment pas déranger leurs train de vie, je voudrais plus les aider et vivre avec eux quelques jours sans les embeter. J’aimerais savoir comment m’organiser pour cela. Merci d’avance de vos conseils. Les photos sont extraordinaires. CC

Écrit par Cellerier, il y a 5 mois Répondre

Salut, est il possible de discuter d’avoir quelques échanges avec toi ? Pourrais-tu me contacter stp.. Logan meskens mon Facebook ou logan.meskens@yahoo.com. Merci à toi, logan

Écrit par Logan, il y a 3 mois Répondre

Ia orana, je vois que je ne suis pas la seule à souhaiter échanger avec toi sur ce sujet…si jamais tu as la volonté et le courage de répondre à tout le monde, il me ferait plaisir de te contacter autrement que par le biais de ce commentaire. Voici mon adresse mail: virgdolph@yahoo.fr ou mon contact facebook: Virginie Scanga. Merci.Virginie

Écrit par SCANGA Virginie, il y a 2 mois Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le dernier Tsaatan