Remi Chapeaublanc | Photographer

les étapes

Russia, Altai Krai, Barnaul

Placer sur la carte

Barnaul – ou plutôt Барнаул comme on dit ici – c’est pour moi à la fois un dur souvenir, mais aussi la dernière grosse étape avant la frontière de Tashanta. Rendez-vous de tous les baroudeurs qui partent ou reviennent de Mongolie, mais particulièrement pour les motards qui réparent et changent leurs pneus avant le grand saut.

Nous avions prévu de nous y arrêter pour réparer justement la grand-mère Aline, mais aussi pour tenter d’y retrouver mon ancienne moto Barbara que j’avais vendu à un certain Viktor.

La bonne nouvelle, c’est que lorsque nous avons demandé à des motards vers quel garage se tourner pour réparer la moto, ils nous ont tous conseillé ce même Viktor ! L’autre bonne nouvelle, c’est que nous avons facilement retrouvé son garage… au fond d’un immense hangar, lui-même au fin fond d’une zone industrielle peu accueillante. La mauvaise nouvelle c’est que le Viktor en question était parti pendant plus d’une semaine dans les montagnes de l’Altaï, et que nous n’avons pas pu retrouver la belle Barbara, même avec l’aide du mécano le remplaçant pendant son absence.

Nous avons donc passé la journée au garage, avec un mécano, quelques habitués et un soudeur. Journée intense pleine de poussière, d’étincelles, de bruits divers et variés, et surtout de sueur dégoulinante. N’empêche qu’elle en avait bien besoin cette Mamie Aline.

Au programme : re-soudure du porte-bagage qui cède pour la deuxième fois, vidange moteur et changement du filtre à huile, changement du pneu arrière, re-réglage des soupapes et des carburateurs, réparation (à la russe) de la suspension avant avec changement de l’huile de fourche.

Nous voici paré pour quitter l’asphalte et atterrir sur les pistes – aussi redoutées que convoitées – de Mongolie.
Passage de frontière prévu pour mercredi matin, heure locale.

Pêle-mêle de la semaine #3

Le Kazakhstan, ou le retour de Mongolie

Le retour de Mongolie – que je compte bien faire cette fois-ci à moto – est une question à laquelle je suis obligé de me confronter dès maintenant… visas oblige !

Quelle route prendre ? Quels visas demander ? Où les demander ? Comment les obtenir ? Tant de questions que nous essayons de résoudre actuellement.

Si j’écris ce post plein de questionnements, c’est que par le plus grand des hasards il se pourrait que des lecteurs (ou connaissances de lecteurs) connaissent bien ces régions et autres problèmes administratifs liés.

Vous trouverez ici en bleu le trajet idéal que nous aimerions emprunter, en rouge une idée alternative et en vert – à peu de choses près – celui que j’ai effectué l’année dernière.

Auriez-vous des avis sur ces différentes possibilités ? Mais surtout, sauriez-vous comment nous pourrions obtenir des visas pour l’Uzbekistan, le Turkmenistan et l’Azerbaijan, sans passer par Astana ?

Promenons-nous dans les bois

Placer sur la carte

Une question qui revient assez régulièrement, pour ce voyage comme pour les autres : Mais où dormez-vous, bordel de dieu ?

Et bien comme dans tout bon voyage, il faut savoir s’adapter !

Chez l’habitant, voici le logement idéal selon moi. Economique, humain et plein de jolis surprises. Le problème c’est qu’on ne sait jamais quand ça va arriver, car il est très délicat de s’inviter, surtout lorsqu’on débarque à quatre ! Par contre, faites une croix sur votre confort personnel, on ne fait pas les difficiles et se contente de ce qu’on nous offre.

Les hôtels, ou dortoirs d’auberges de jeunesses. Quasiment indispensable de temps en temps, notamment pour avoir des points wifi et recharger les (nombreuses) batteries des appareils photos. On essaye de minimiser ce genre de nuits coûteuses, mais c’est d’elles que dépendent souvent les mises à jour du blog. Attention, les chouettes auberges de jeunesses des pays touristiques on tendance à disparaître vers l’Est, pour laisser place à de coûteux hôtels.

Le camping sauvage, ou l’économie avec la nature. Clairement le moyen de logement le plus utilisé depuis le départ de ce voyage : il ne coûte rien, il permet de s’arrêter juste avant la nuit sans stresser et de se réveiller au matin avec des paysages magnifiques. Le seul impératif, respecter chaque lieu et partir sans laisser de trace. Par contre, autant vous dire qu’après 3 nuits à la suite en camping sauvage, nous sommes assez content de retrouver les douches d’un hôtel…

Pour le moment, c’est grosso-modo 50% de camping, 30% d’hôtels et 20% chez des locaux. En espérant fortement que le pourcentage des nuits chez l’habitant ne fasse qu’augmenter.

PS : Notre nouvelle tente Russe est caché sur cette photo, saurez-vous la retrouver ? Vendu pour une tente 2 places, nous émettons sérieusement des doutes sur la taille des standards Russe ; à moins qu’elle soit déjà prévue pour accueillir la moto avec nous ?

Pêle-mêle de la semaine #2

Sa mere la Russie…

Placer sur la carte

Si je vous ecris d’ici, avec un clavier QWERTY (russe), c’est que l’heure est… (russe)

Avant d’entrer en Russie l’annee derniere, j’avais deja un apriori legerement negatif sur ce pays, surement du aux complications pour obtenir un simple visa. En arrivant en Russie cet appriori ne c’est pas tellement ameliore, notament grace a ce legendaire accueil (russe) toujours aussi chaleureux. Je peux vous dire qu’en y retournant, j’ai carement developpe une dent contre eux. Desole.

Hier, nous nous somme fait voler l’integralite de nos affaires.

Pas de panique, tout le monde va bien, tout le monde est en bonne sante… mais tout le monde en a pris un gros coup sur le moral. Moi le premier qui en tant que gros bisounours, ai laisse pas plus de 5 minutes nos affaires dans une petite de foret. Tout le monde ici n’arrete pas de me repeter que je ne suis pas responsable, mais personne ne pourra me retirer cette culpabilite qui me meutri le coeur.

Etat des lieux, Melanie et moi n’avons plus aucun vetement, plus de tente, plus de duvet, plus de sac, sans compter nos affaires personnelles qui s’y trouvaient. Nous avions sur nous les passeports, visas et autres papiers, ainsi que l’integralite du materiel photo et video. Ouf, si j’ose dire.

Nous nous sommes fait heberger pour la nuit chez des habitants du coin, qui essayent de nous aider tant que possible. Nous avons passe la nuit au post de police (russe) pour faire moult declarations (russes). Couche a 3h du mat, puis reveille a 6 pour retourner sur les lieux avec les flics ; la fatigue est tout autant physique que morale.

Je n’ai pour le moment aucune idee de comment les choses vont evoluer, mais nous allons garder la tete haute. Inutile de preciser que ce n’est pas ce genre d’incident qui va nous arreter. Je n’ai maintenant par contre quasiment plus aucun espoire de retrouver les affaires, meme avec l’aide de bakchichs.

Tous vos sms et petits mots de soutient nous font sourire, et priez avec nous les dieux du voyage – les anciens et les nouveaux – pour que nous puissions reprendre tres vite la route.

Pêle-mêle de la semaine #1

Placer sur la carte

FR, BE, LU, DE, CZ, PL, UA…

Placer sur la carte

Et c’en est fini pour l’Europe, presque trop facilement si j’ose dire. Cette traversée fut plutôt rapide et sans embûche, sérieusement je m’attendais à pire !

Dorénavant, ce sera la sainte patrie de Russie qui nous tendra les bras, pour 2 à 3 semaine d’étreintes. Je me surprend à espérer que ce soit un peu plus… mouvementé, tout en sachant que c’est maintenant que commence la partie « corsée » du voyage. Objectif : réussir à dormir à 4 chez des habitants, et ne pas casser les motos !

Russie, nous voici.

 

Le dernier Tsaatan